Pour cette 3ème saison, la série Tenir Salon devient nomade. L’UNEQ se joint à Rhizome afin de faire sortir la série de et du Québec et la déployer à Montréal, Laval, Rimouski et Bruxelles. Tête-à-tête intime avec des personnalités littéraires, ce chapelet de soirées riches et décontractées provoquera à coup sûr de passionnantes discussions entre et avec des auteurs québécois (et un belge). La proposition vous intéresse, réservez vos places maintenant! Un salon privé, c’est petit; le nombre de places est donc limité!

Pour être reçu dans l’un de ces salons, réservez votre place en cliquant sur l'un des boutons « Faire un don ». Il vous suffit de sélectionner la bonne ville. S’il vous est impossible d’utiliser ce lien, contactez-nous par courriel à info@productionsrhizome.org ou par téléphone au 418-525-0305, poste *6028. Toutes les informations concernant les modalités de paiement et le lieu de rendez-vous vous seront alors communiquées. 


CONTRIBUTION OBLIGATOIRE DE 15 $ PAR PERSONNE

TENIR SALON – SAISON NOMADE
(Hiver 2016)


12 novembre 2015 – COMPLET
Christian Lapointe tient salon à QUÉBEC avec
BRIGITTE HAENTJENS et
MAGGIE ROUSSEL


14 novembre 2015 – COMPLET
Élise et Martin tiennent salon à MONTRÉAL avec
CHISTIAN LAPOINTE, BRIGITTE HAENTJENS et
MAGGIE ROUSSEL


1er février 2016
NICOLAS DICKNER et ALAIN BEAULIEU


12 février 2016
Peter Friess tient salon à BRUXELLES avec
ANTOINE BOUTE et CATRINE GODIN


8 avril 2016
YVON RIVARD

9 juin 2016
YVON RIVARD et MYLÈNE BOUCHARD


La troisième saison de la série Tenir salon est une activité non subventionnée. La totalité de l'argent recueilli sera remise aux auteurs pour leur participation.

Thé et discussions enlevantes sont une gracieuseté de Rhizome et de l’UNEQ. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi apporter vos propres consommations.

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois est un syndicat professionnel fondé le 21 mars 1977 par une cinquantaine d’écrivains réunis autour de Jacques Godbout. L’UNEQ regroupe près de 1 500 écrivains : des poètes, des romanciers, des auteurs dramatiques, des essayistes, des auteurs pour jeunes publics, des auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socio-économiques des écrivains.




TS3-1 Christian Lapointe  

La caravane de Tenir salon s'est d'abord mise en branle en vous proposant de brasser les cartes de nos émotions lors d’un programme double autour des thèmes «  Désir et Abnégation », le 12 novembre 2015 à Québec et le 14 novembre 2015 à Montréal. 


Le premier arrêt était donc à Québec le jeudi 12 novembre prochain à 20 h, où l’artiste et metteur en scène Christian Lapointe cassait la glace chez lui en recevant les auteures Brigitte Haentjens et Maggie Roussel dans le salon de son logis.



TS3-2 Élise Desaulniers et Martin Gibert 


Le samedi 14 novembre, toujours à 20 h, le même trio du premier Tenir salon - Christian Lapointe, Brigitte Haentjens et Maggie Roussel - se déplaçait chez Élise Desaulniers et Martin Gibert, dans le confort de leur foyer montréalais.

TS3-3 Alain-Martin Richard et Nicole Catellier 


Le 1er  février 2016, Alain-Martin Richard et Nicole Catellier tenaient salon à Québec avec NICOLAS DICKNER et ALAIN BEAULIEU. Sur le thème Géographie poreuse, nos deux auteurs de réputation ont profité de cette rencontre pour échanger et discuter à propos de leur travail de création. Dans la chaleur du logis des hôtes, situé au cœur du quartier St-Jean-Baptiste, le public participait réellement à une rencontre — privilégiée et intime — avec les écrivains. Il faut dire que l’atmosphère, propice à l’écoute et à l’échange, est définitivement un des points forts de la série Tenir salon

On trouve les ouvrages d’Alain Beaulieu chez les Éditions Druide et Québec Amérique. Les romans de Nicolas Dickner sont parus chez Alto.  


Géographie poreuse

Une courte présentation d’Alain-Martin Richard

La géographie est une vaine tentative de nous localiser dans l’espace. Mercator, Fuller, Smith… Toutes les projections géographiques ont une constante : l’improbable image de cette boule déformée, aplatie inégalement, inclinée… mais qu’est-ce qu’une boule striée de routes réelles, de lignes virtuelles, mesurée par ses marées, par ses glissements furtifs de continents, secouée d’éruptions, ravagée par ses cataclysmes? Cette géographie est faite de mailles ajourées. Oui, l’espace géographique est poreux et inconsistant. À cette imprécision manifeste, il faut dès lors superposer les personnages de Dickner qui se déplacent dans une zone virtuelle, paradoxalement ancrée dans des villes et des pays bien réels. Ailleurs, le Postier Passila de Beaulieu est engorgé dans une géographie de l’esprit, bien plus angoissante que le chemin qui va de la grande-ville à Ludovia. C’est dans les lacunes mêmes de cette insuffisance géographique que Dickner et Beaulieu coulent leurs histoires, telle une surimpression dans la porosité du paysage.


TS3-4 Peter Friess  


Le 12  février 2016, Peter Friess tenait salon à Bruxelles avec ANTOINE BOUTE, CATRINE GODIN et ÉRIC THERER sur le thème mirum mortis ou « voyage de l'étonnement ». Telle était la façon de voir la mort dans la Grèce antique! 

En ouverture de la rencontre, durant laquelle nos trois auteurs échangeaient sur leur travail de création, Philippe Franck et Éric Therer proposaient avec leur duo & Stuff une performance en lien avec le thème. Suivait une lecture de Catrine Godin accompagnée de la musique de Philippe Franck, puis une performance d’Antoine Boute. Enfin, une fois la table bien mise, les discussions ont pu commencer!

Comme toujours, le public était invité à échanger, commenter et questionner les participants de la soirée. 

PARTIE 1) Performances et lectures

Antoine Boute, Catrine Godin, Éric Therer et Philippe Franck, & Stuff

PARTIE 2) Discussions sur le thème entre les auteurs

Antoine Boute, Catrine Godin et Éric Therer.

PARTIE 3) Échange avec le public 

En collaboration avec YIAP (Ypres Interactive Art Project) et Transcultures.


TS3-5 Claire Varin et Yvon Rivard 


Le 8 avril 2016, l'écrivaine Claire Varin tenait salon à Laval et recevait l'essayiste et romancier Yvon Rivard. Lors de cette escale lavalloise du parcours nomade de la série Tenir salon, nos deux auteurs se sont entretenus autour du thème L'autre est un miroir. Porteurs d'un fort bagage littéraire et d'une riche expérience de vie, ils nous ont offert un moment d'échanges privilégiés et intimes. Nos amis lavallois et amies lavalloises étaient au rendez-vous! Le salon était complet. 

On trouve les ouvrages de Claire Varin notamment aux Éditions Fides, Québec Amérique et à La Courte échelle. Les textes d'Yvon Rivard sont principalement parus aux Éditions du Boréal.

TS3-6 Yvon Rivard et Mylène Bouchard


Au Rocher Blanc, sur le thème Les fractales du temps, nos deux auteurs ont échangé sur la question de l'héritage, puis de l'identité et même de la mort. Ils ont évoqué leurs inspirations et aspirations, en plus de lire des extraits de leurs oeuvres qui se sont fait écho. Mylène a lu un passage de son prochain livre, fraîchement revu le jour même au bord du fleuve, dans la forêt. Entre roman et essai, Yvon Rivard écrit depuis plus de quarante ans. Et parce que sa plume est forte, elle trace un sillon. Il y a passage, passation d’une génération à l’autre. Il faut une œuvre forte pour passer du côté conscient, visible, de l’intertextualité. Aux charnières de la filiation littéraire, on retrouve les textes marquants de grands auteurs. Yvon Rivard est de ceux-là et ses héritières ont déjà commencé à marquer la littérature d’ici. C’est le cas de Mylène Bouchard, écrivaine sensible et éditrice solide. De son écriture précise, elle questionne les enjeux de l’intime, du désir et de la mort. Ce sera une rencontre riche et privilégiée que celle qui se déroulera chez Robin Doucet, à Rimouski. 

TS2-1 Julia Caron et Simon Dumas


Le 3 février 2015, c'est Julia Caron (blogueuse et journaliste à CBC) et Simon Dumas (auteur et directeur artistique de Rhizome) qui recevaient, dans le salon de leur propre logis, leurs deux convives, les auteurs Hans-Jürgen Greif de Québec et Hervé Bouchard, citoyen de Jonquière. Les thèmes de l'enfance et de la filiation étaient à l’honneur.

À la différence de la première saison — laquelle se tenait au sous-sol du Cercle —, la série a gagné en intimité. Les personnes présentes ont fait l’expérience d’une plus grande proximité, d’une expérience plus personnelle avec Messieurs Bouchard et Greif. Les heureux élus étaient invités à participer à la discussion tout en dégustant le thé qui leur était offert.

Tenir salon
, c’est une série de soirées riches et décontractées, de beaux moments… une expérience d’exception.

En collaboration avec le Cercle — Lab vivant.


TS2-2 Claude Chevalot et Jacques Blanchet

Fier du succès de l’ouverture de la deuxième saison de la série Tenir salon, Rhizome revient à la charge et propose une nouvelle rencontre exclusive.

Rendez-vous chez Claude Chevalot et Jacques Blanchet qui tiendront salon, le vendredi 13 mars prochain, en recevant les auteurs Mélissa Verreault (L'angoisse du poisson rouge, Voyage léger) et Neil Bissoondath (La Clameur des ténèbres, Cartes postales de l'enfer…). La discussion à laquelle vous êtes conviés s’orientera d’abord sur la notion de personnage, puis bifurquera certainement vers toute une gamme de thèmes chers aux deux auteurs à succès.

Attention! Les places sont limitées, car c’est bel et bien dans le salon de leur propre logis que Claude et Jacques vous reçoivent. C’est donc une soirée tout en confort, en chaleur et en convivialité qui s’annonce.
Avis aux paraskevidékatriaphobes : prière de ne pas vous abstenir !

Réservez vos places dès mercredi 11 février sur notre site web pour profiter de ce contact privilégié avec madame Verreault et monsieur Bissoondath. Le thé vous sera offert. Vous êtes aussi invités à apporter vos propres consommations.

VENDREDI 13 mars
20 H
(L'ADRESSE SERA RÉVÉLÉE À CEUX QUI AURONT RÉSERVÉ LEUR PLACE)
CONTRIBUTION OBLIGATOIRE DE 15 $ PAR PERSONNE

La deuxième saison de la série Tenir salon est une activité non subventionnée. La totalité de l'argent récolté sera remise à Mélissa Verreault et Neil Bissoondath pour leur participation.

En collaboration avec le Cercle — Lab vivant.

TS1-1: Maxime-Olivier Moutier

Le 27 novembre 2013, au sous-sol du Cercle, la première soirée de la série Tenir salon eut lieu à guichet fermé. 90 minutes durant, Moutier s'est entretenu avec Andrée A. Michaud, Marc Séguin et... le public. Une coproduction Rhizome et Le Cercle - Lab vivant. 

En partenariat avec le Cercle et le Conservatoire d’art dramatique de Québec, Rhizome a lancé une nouvelle série de rencontres littéraires intitulée Tenir salon. S’inspirant des salons littéraires tenus par des personnalités culturelles du 18e et 19e siècle, il est demandé à un auteur de jouer à l’hôte. Dans un décor intime, cet hôte « tient salon », reçoit quelques-uns de ses pairs autant que le public. Nous sommes chez lui et participons à la rencontre, confortablement installés au salon à proximité des invités. C’est un salon littéraire, mais ce sont également des interviews en profondeur, un peu à la Bernard Pivot. Tenir salon nous plonge dans une atmosphère à la fois mondaine et conviviale, une occasion de vivre un contact privilégié avec de grands auteurs comme si nous étions dans le confort de leur foyer.

Pour la première rencontre de la série, qui a porté sur le thème de l'inquiétante étrangeté, Maxime-Olivier Moutier a reçu Marc Séguin et Andrée A. Michaud.



TS1-2: Serge Bouchard

Serge Bouchard a tenu salon au Cercle. Il a reçu Jean Désy et Marie-Andrée Gill. Ils ont discuté autour du thème de la nordicité.

Pour la deuxième rencontre de la série Tenir salon portant sur le thème de la nordicité, l’anthropologue et animateur Serge Bouchard recevait le poète, essayiste, romancier et médecin Jean Désy, ainsi que la jeune auteure innue Marie-Andrée Gill.

Cette fois encore, le sous-sol du Cercle s’est laissé envahir par une foule nombreuse et enthousiaste venue entendre mais aussi participer aux échanges féconds et inspirés de ces trois auteurs. Tout au long des deux heures de cette rencontre ponctuée de souvenirs savoureux et de lectures de textes, il fut possible de constater que la nordicité est non seulement une réalité, mais aussi un moteur puissant de l'inspiration, un territoire géographique, symbolique et métaphorique maintes fois arpenté mais dont il reste encore tant à dire et à vivre pour que collectivement nous puissions mieux nous l’approprier et l’apprécier. On retiendra de cette passion partagée que la nordicité nous définit bien plus que ce que nous voulons parfois croire et qu'il est temps de l'accepter non comme un mal nécessaire mais comme un bienfait trop souvent ignoré.







TS1-3: Catherine Mavrikakis

C’était le 16 mars 2014, Catherine Mavrikakis tenait salon au Cercle, clôturant ainsi la première saison de Tenir salon. Réunissant autour de Catherine Mavrikakis, les auteures Nathanaël et Nicole Brossard, la rencontre qui s'est tenue autour du sujet du féminin a permis de faire entendre :

— que « la posture féminine exige une certaine performativité (qui est intenable) »,
— qu’« il arrive parfois en littérature que le « je » et le « nous » ne fasse qu’un »,
— et que « lorsque la féministe ou la lesbienne ne trouvait pas les mots, la poète allait les chercher… ».

Ce fut un fascinant périple nous menant des théories queer aux femmes surréalistes des années 20 et 30 en passant par un rappel historique des enjeux féministes au Québec et ailleurs dans le monde. Frappante aussi la discussion sur l'acte d'écrire, la poésie, le langage et le corps.

Enfin, bref, on peut dire que cette rencontre a conclu cette première saison en beauté... 



Au vu des principaux médias, la situation semble être la suivante : les auteurs disparaissent de la place publique. Apparemment, on juge en haut lieu que la littérature n’intéresse plus les gens. Qui plus est, dans ces mêmes médias le « temps long » tend à disparaître également. Les sujets — tous les sujets — sont traités très rapidement. « Parle-nous de ton événement en deux minutes ! » semble être le nec plus ultra du crédo médiatique. 

Tenir salon, c'est exactement le contraire. Là, au salon, on prend le temps de la rencontre. 

Le concept est archi simple : des écrivains s’installent dans un espace aménagé en salon. Depuis la seconde saison, il s'agit de vrais salons, chez de vraies personnes ayant accepté de convertir, le temps d'une soirée, leur espace privé en espace (un peu) public. Table basse, fauteuils, divan, lampes sur pied et abat-jours. Entre eux, mais aussi avec tous les convives, les écrivains discutent librement. Ça dure de 90 minutes à 120 minutes. Enfin, ça prend le temps que ça prend. 

Voilà, c'est tout. Pour ne pas dire tout simple. 

Tenir salon est donc une série de rencontres littéraires, S’inspirant des salons tenus par des personnalités culturelles du 18et 19e siècle, la série nous plonge dans une atmosphère à la fois mondaine et conviviale, une occasion de vivre un contact privilégié avec de grands auteurs, et ce, dans le confort du foyer de quelqu'un.
Le 27 novembre 2013, au sous-sol du Cercle, la première soirée de la série Tenir salon eut lieu à guichet fermé. 90 minutes durant, Moutier s'est entretenu avec Andrée A. Michaud, Marc Séguin et... le public. Une coproduction Rhizome et Le Cercle. 

En partenariat avec le Cercle et le Conservatoire d’arts dramatiques de Québec, Rhizome a lancé une nouvelle série de rencontres littéraires intitulée Tenir salon. S’inspirant des salons littéraires tenus par des personnalités culturelles du 18e et 19e siècle, il est demandé à un auteur de jouer à l’hôte. Dans un décor intime, cet hôte « tient salon », reçoit quelques-uns de ses pairs autant que le public. Nous sommes chez lui et participons à la rencontre, confortablement installés au salon à proximité des invités. C’est un salon littéraire, mais ce sont également des interviews en profondeur, un peu à la Bernard Pivot. Tenir salon nous plonge dans une atmosphère à la fois mondaine et conviviale, une occasion de vivre un contact privilégié avec de grands auteurs comme si nous étions dans le confort de leur foyer.

Pour la première rencontre de la série, qui a porté sur la thème de l'inquiétante étrangeté, Maxime-Olivier Moutier a reçu Marc Séguin et Andrée A. Michaud.

La série Tenir salon est réalisée par Rhizome en partenariat avec le Cercle - Lab vivant. Elle est rendue possible grâce au soutien du Conseil des arts du Canada, de l'UNEQ et du Conservatoire d'art dramatique de Québec.


Pour la saison 3 de Tenir salon, Rhizome tient à remercier Québec Amérique, Alto, Groupe Nota bene, La Peuplade, Les Éditions Druide, Les Éditions Fidès, Leméac Éditeur pour leur précieuse collaboration.