ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Le projet

Écrire pour ne pas oublier; écrire pour témoigner à son tour du choc vécu une fois passées les grilles de l’entrée, vu les tas de souliers empilés ou les biberons cassés, arpenté les chambres à gaz et les couloirs hérissés de fils de fer barbelés rouillés; écrire pour lutter contre la peur de l’ignorance et de l’oubli; écrire pour ne pas vouloir s’en laver les mains et détourner les yeux d’un passé auquel on croyait ne pas appartenir; écrire pour regarder l’horreur bien en face et lui opposer ses espoirs et sa mémoire universelle; écrire pour dire que la vie est plus forte, pour dire que l’amour est encore bien vivant, et ce, même si parfois on tue des enfants; écrire pour continuer à aimer tout simplement.


C’est après une visite des camps d’Auschwitz et de Birkenau que l’auteure québécoise Louise Dupré a écrit le vibrant cri poétique qu’est Plus haut que les flammes. Pour conjurer l’horreur d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants exterminés en ces lieux mêmes, entre 1940 et 1945. C’est pour eux et pour les plus de cinq millions d’autres broyés par la barbarie nazie que témoigne Louise Dupré, mais c’est aussi — et peut-être surtout — pour tous ceux qui n’ont pas été témoins de cette folie des hommes. Était-ce Deleuze qui disait qu’on écrit pour ce qui meurt, à sa place, pour prêter sa voix à celui qui l’a perdue?


Dans une mise en scène dépouillée où les images de Jonas Luyckx viennent plonger le spectateur dans l’univers des camps, la poète se fait lectrice dans un face à face complice avec le compositeur Nicolas Jobin qui a su offrir une musique et un chœur inspirants (et inspirés) à la poésie sans compromis de l’auteure.

Version instrumentale 

Rhizome présente une deuxième version de Plus haut que les flammes le 1er octobre 2016, à la salle Multi de la Coopérative Méduse, dans le cadre du festival Québec en toutes lettres.

Il s’agit cette fois d’une première de ce spectacle avec musiciens sur scène. 

Toujours assise face au compositeur Nicolas Jobin, qui a créé un véritable oratorio pour poète et ensemble, et entourée du public, Louise Dupré est accompagnée du même chœur virtuel composé de celles d’Evelyne de la Chenelière, Martine Audet, Annie Lafleur, Catrine Godin et Roland Lepage. 


​À l’occasion du festival, Nicolas Jobin dirige cette fois un ensemble composé de six interprètes : Marie-Julie Chagnon (clarinette), Hélène Desjardins (piano), Raphael Guay (percussion et assistant-chef), Marie-Claude Perron (violon et alto), Geneviève Savoie (flûte) et Suzanne Villeneuve (violoncelle).

Auteure et artistes

LOUISE DUPRÉ (Qc) — poète et écrivaine

Louise Dupré a publié une vingtaine de titres qui lui ont mérité de nombreux prix et distinctions, dont Plus haut que les flammes (le Noroît, 2010) qui a obtenu le Grand Prix Québecor du Festival International de la Poésie de Trois-Rivières et le Prix du Gouverneur général «Poésie». Plusieurs de ses livres ont été traduits en anglais. Une trentaine de ses textes ont été également traduits en espagnol, en italien, en catalan, en portugais, en russe, en chinois, en roumain, en tchèque, en slovaque, en slovène et en néerlandais. Elle est professeure associée au département d’Études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Elle est également membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada. En 2014, elle a reçu l’Ordre du Canada « pour son apport à la littérature québécoise en tant que poète, romancière, dramaturge, essayiste et professeure ». Le portrait ci-contre est de Toma Iczkovits.


NICOLAS JOBIN (Qc) — artiste lyrique multidisciplinaire et communicateur

Nicolas Jobin a d’abord attiré l’attention de tous par ses activités musicales avant d’inclure davantage d’expressions artistiques à ses créations : poésie, danse, théâtre et multimédia. Ses créations pluridisciplinaires ont été jouées au Québec, au Canada et en Europe et ont été primées par différents concours et périodiques culturels. Également auteur, interprète et conférencier, il a été chroniqueur musical sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada et à la télévision, sur les ondes de MATV. Pour Plus haut que les flammes, il a créé un chœur de voix qui viennent se mêler à sa musique et à celle, live, de Louise Dupré.


Avec les voix de :

Évelyne de la Chenelière • comédienne, réalisatrice, dramaturge
Annie Lafleur • poète
Martine Audet • poète
Catrine Godin • poète
Roland Lepage • comédien

Accompagné des musiciens (pour la deuxième version — 2016) :

Marie-Julie Chagnon • clarinette
Hélène Desjardins • piano 
Raphael Guay • percussion et assistant-chef
Marie-Claude Perron • violon et alto
Geneviève Savoie • flûte
Suzanne Villeneuve • violoncelle


JONAS LUYCKX (Be) — cinéaste

Jonas Luyckx fait ses premières armes dans le cinéma de fiction et le documentaire en tant qu’assistant avant de créer en 2005 sa propre structure de production (La Film Fabrique) où il développe des projets aux contenus et aux formes particulières. Il crée notamment le premier festival du clip musical en Belgique, Clip That Beat, afin d’établir des ponts entre le secteur musical et le secteur audiovisuel. Un festival itinérant qui voyage dans le pays via différents cinémas. En 2009, il rejoint le label les Paracommand’art, avec lequel il développe une expertise dans des projets interdisciplinaires menés avec des non-professionnels dans le domaine socioculturel. En 2012, il met en scène une lecture de texte de Charlotte Delbo, rescapée des camps de concentration d’Auschwitz-Birkenau. Un échange entre texte, musique, création sonore et décor visuel. Depuis la création de sa société de production White Market en 2012, son travail est principalement axé sur le documentaire d’auteur, les films expérimentaux et sur les projets pédagogiques amenant l’art là où il n’arrive pas.


SIMON DUMAS (Qc) • mise en scène

C’est alors que Simon Dumas complétait des études en littérature à l’Université Laval qu’il a cofondé Rhizome. C’était en 2000. Il en assure depuis lors la direction artistique. Par le biais de travail effectué au sein de cet OBNL, il a présenté des spectacles interdisciplinaires de poésie dans des festivals d’arts numériques en Europe tel qu’Atomes au festival Les Transnumériques (Bruxelles, 2008), Para quedar / pour rester humain au festival Bains numériques (Paris, 2010) et Les duos transatlantiques, coproduit par Transcultures, au festival City Sonic (Mons, 2013). Pour La chute du piano — présenté à Québec en toutes lettres, à l’Escale du livre (Bordeaux) et au Mois Multi —, une coproduction de Rhizome et d’éclats (Bordeaux), il a coécrit le texte, cosigné la mise en scène et conçu le dispositif vidéo interactif de la scénographie. En plus des productions qu’il a pilotées pour le compte de Rhizome, Simon Dumas a mené à bien des projets personnels : trois spectacles dont Fade out, une installation, Chœur(s), et un court métrage, Projections, qui fut présenté au Rendez-vous du cinéma québécois en 2011. Tous ces projets reposant sur des prémisses littéraires. Simon Dumas est avant tout écrivain. Il a fait paraître quatre titres de poésie Pastels fauves aux éditions du Loup de gouttière (2001), Petites îles de soif aux Écrits des forges (2003), La chute fut lente, interminable puis terminée aux éditions La Peuplade (2008) — finaliste au prix Alain-Grandbois — et Mélanie aux éditions de l’Hexagone (2013). Il a bénéficié d’une résidence d’écriture à Mexico en 2010 et d’une autre à Paris à l’automne 2014.


Extraits vidéo

Première présentation des deux premiers mouvements, sans vidéo, au Cercle à Québec,
lors de l'événement Écritures, le 14 mai 2015. Montage d'un extrait. 



Présentation d'une première mise en scène avec images lors de la sortie de résidence
à la Maison de la littérature de Québec, dans le studio de création, le 18 octobre 2015.
Jonas Luyckx à la caméra. Montage de Audrey Wilkie.

Extrait textuel



même si tu ne reconnais plus
ton monde

ni sa course essoufflée
ni sa cacophonie
en couleur

sur les écrans géants
accrochés aux buildings


qui dorment 

autour du carré du temps 

tandis que des hommes 
et des femmes 

comme toi 
se mirent en silence 

dans le regard crucifié 
de Francis Bacon 

car le monde n’est pas un temple 

le monde est un musée 
ouvert aux quatre ciels 

où le feu et le sang 
ont exterminé 
le peuple des anges 

mais le plus petit moineau 
suffit encore à l’enfant 
pour se bricoler des ailes 

et à l’heure des cloches, le dimanche 
tu te demandes 

si c’est piété ou mensonge 

de garder les lèvres 
bien soudées 
sur la douleur 

le dimanche, tu fais vœu 
de beauté 

en remuant 
mers et merveilles 

ta voix qui court 
sur la page 

comme tu cours 
après l’enfant 
pour l’entendre rire

[...]

Plus haut que les flammes
Éditions du Noroit, 2010

Crédits et partenaires

Plus haut que les flammes est une production de Louise Dupré en partenariat avec Rhizome,
en coproduction avec Nicolas Jobin Musique, présentée à Québec en toutes lettres.


Texte et lecture
           Louise Dupré

Musique et direction d’un ensemble
           Nicolas Jobin

Mise en scène et régie
           Simon Dumas

Images
           Jonas Luyckx

Vidéos intercalaires

Lídia Anoll • traductrice du français au catalan de Plus haut que les flammes
Bruno Doucey • des Éditions Bruno Doucey 
(vidéo réalisée par Lilia Bitar)
Antonio D’Alfonso • traducteur du français à 
l’anglais de Plus haut que les flammes

Production
           Yves Doyon

Voix enregistrées (par ordre d’apparition) :

Evelyne de la Chenelière • comédienne et dramaturge
Martine Audet • poète
Annie Lafleur • poète
Catrine Godin • 
poète
Roland Lepage • comédien


Interprètes pour la version instrumentale présentée au festival littéraire Québec en toutes lettres (2016)

Marie-Julie Chagnon (clarinette)

Hélène Desjardins (piano)

Raphael Guay (percussion et assistant-chef)
Marie-Claude Perron (violon et alto)
Geneviève Savoie (flûte)

Suzanne Villeneuve (violoncelle) 


Marie-Julie Chagnon (clarinette)
Hélène Desjardins (piano)
Raphael Guay (percussion et assistant-chef) Marie-Claude Perron (violon et alto) Geneviève Savoie (flûte)
Suzanne Villeneuve (violoncelle) 

La vidéo du spectacle a été produite avec le soutien de White Market et de Les Territoires de la Mémoire.
Les images de cette page n'étant des photos d'artiste ou de spectacle sont de Jonas Luyckx.

Rhizome et l’auteure remercient les Éditions du Noroìt d’avoir permis gracieusement l’utilisation du texte original.

©  2010 Éditions du Noroît édition originale
©  2014 Guernica Editions édition anglaise (traduction de Antonio D’Alfonso)
© 2015 Mantis Editores édition espagnole (traduction de Sylvia Pratt)
©  2015 Éditions Bruno Doucey édition européenne
©  2016 Eumo Editorial édition catalane (traduction de Lídia Anoll)


​Plus haut que les flammes
a bénéficié du soutien financier du 
Conseil des arts et des lettres du Québec.


Vidéos intégrales

Présentations publiques d'étapes de travail

Captation des deux premiers mouvements de la pièce, présentés sans projection vidéo
lors de la soirée Écritures transatlantiques présentée par Rhizome en collaboration avec
Transcultures au Cercle, à Québec, le 14 mai 2015.



Intégrale de la présentation de sortie de résidence qui eut lieu le 28 octobre 2015
au studio de création de la Maison de la littérature de Québec.



​Cette dernière captation présente une seconde version de 
Plus haut que les flammes,
cette fois présentée au Festival de Québec en toutes lettres, à Québec.
Comme on le voit dans cette vidéo, cette nouvelle représentation échange les
enregistrements sonores utilisés dans la première version pour la présence de
musiciens sur scène.

Coûts de diffusion

Les coûts indiqués dans le document figurant ici-bas sont sujets à changement sans préavis.

Veuillez nous écrire pour un devis à info@productionsrhizome.org 

Page mise à jour le 6 février 2017. 
PDF  Coûts de diffusion

Revue de presse



« »
  • 1. 
    Louise Dupré - Plus haut que les flammes (enregistré chez © i-voix.net publié par Ewèna)






HAUT