ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Un diptyque

Les oracles, c’est un projet en deux volets visant à construire des passerelles entre écrivains et chorégraphes. Dans une mise en espace où les mots, les sons et les images articulent le corps, ce diptyque propose une lecture aussi dialogique qu’hypnotique de la femme. D’abord, la femme se raconte dans son humanité et son appartenance à un monde auquel elle s’arrache ensuite pour incarner une histoire qu’on lui impose, seule avec son ombre. 

Tels des oracles, les écrivains révèlent des destins comme autant de pages blanches sur lesquelles se consignerait cette chorégraphie hors du temps où les corps, les sons et les images se font interprètes de la voix poétique. 

Si le point de départ est un duo écrivaine/chorégraphe, la finalité est véritablement collective et interdisciplinaire puisqu’elle convie non seulement la danse et la littérature, mais aussi les arts sonores et la vidéo. 

Dans ce diptyque, chacun des volets traite du rôle et de la place de la femme dans la société actuelle selon un point de vue particulier, singulier, et dans une forme propre à chacun des duos :
  • le premier duo est composé de la poète Catrine Godin et de la chorégraphe Karine Ledoyen qui ont créé une pièce intitulée Percées
  • le second duo rassemble l’essayiste et romancière Martine Delvaux et la chorégraphe Manon Oligny qui ont, en collaboration
avec la danseuse Marilyn Daoust, créé la proposition Prototype no. 1. 
Dans les deux cas, l’artiste sonore Philippe Franck et le plasticien-vidéaste Thomas Israël, tous
 deux de Belgique, se sont joints au processus de création. 

Percées

Percées1

Percées, c’est d’abord une parole troublée — voire torturée par moments — mais aimante.
Une parole qui fut physiquement travaillée, dans le corps de la poète, par la chorégraphe Karine Ledoyen. De tous ces mouvements — contraintes, tensions, relâchements —, de toute cette physicalité, il ne reste que les traces dans la voix. 

Grâce au travail du vidéaste Thomas Israël, il y
a ce déplacement de la danse du plateau vers l’écran. Là, depuis un temps d’avant le temps, celui des oracles de l’Antiquité, un couple de danseurs fait écho à la poésie incarnée de Godin. C’est que la poète prend parole pour toutes les femmes. Elle est un « Je » féminin collectif s’adressant à un « Tu » masculin qui est, lui aussi, collectif. Un récit prenant racine dans cet univers mythologique où se déroule une complainte empreinte de défiance et d’amour. 

De la percutante rencontre entre la poète Catrine Godin et la chorégraphe Karine
Ledoyen, gestes et mots se retrouvent en partie transposés en images et en sons en passant par le filtre des artistes que sont le vidéaste Thomas Israël et le créateur sonore Philippe Franck (aka Paradise Now). Retriturés, rebrassés, remixés ensemble et transposés en d’autres langages, les mots dansés s’incarnent avec force et aplomb, portés par la présence physique de l’auteure qui habite la scène. 

Prototype no. 1

En travail à l'Escaut, Bruxelles, février 2016

Un prototype est un modèle premier, l’exemplaire à partir duquel des objets sont moulés. Si l’«archétype» désigne des figures universelles de l’inconscient collectif, le «prototype», lui, a à voir avec l’industrie: il s’agit du modèle test avant une production en série. 

Dans Prototype no. 1, le duo Delvaux/Oligny croise le prototype et l’archétype en explorant comment l’imaginaire collectif — surtout masculin? — produit des «filles en série». Le second volet du diptyque aborde la question du rapport à l’autre (qu’il soit masculin ou féminin) dans le contexte de cette fabrication: quel regard poser sur le prototype d’une fille usinée? comment la représenter? et comment peut-elle elle-même se voir, se concevoir comme ce modèle en train d’être fabriqué? 

Prototype no. 1 est le résultat de la rencontre entre la romancière et essayiste Martine Delvaux et la chorégraphe Manon Oligny. En 2014, la danseuse Marilyn Daoust intégrait l’équipe et, en 2015, ce fut au tour du vidéaste Thomas Israël et de l’artiste sonore Philippe Franck d’entrer dans la production. 

Du 8 au 12 février 2016, une résidence de création pour ce volet s’est tenue à Bruxelles, à l’Escaut, une coopérative d’architectes qui nous a chaleureusement ouvert ses portes. 

Artistes et concepteurs

Prototype no. 1
Martine Delvaux (auteure)
Manon Oligny (chorégraphe)
Marilyn Daoust (interprète et co-chorégraphe)
Philippe Franck (concepteur sonore)
Thomas Israël (concepteur vidéo)
Simon Dumas (œil extérieur, direction artistique)

Percées
Catrine Godin (auteure)
Karine Ledoyen (chorégraphe)
Philippe Franck (concepteur sonore)
Thomas Israël (concepteur vidéo)
Simon Dumas (concepteur et metteur en scène)
Fabien Piché et Ariane Voineau (interprètes pour la vidéo)

Galerie photos

Rivière d'un temps d'avant le temps (avec Ariane Voineau)

Captations

Une dernière étape de travail eut lieu sur Prototype no.1 du 8 au 12 février 2016, une résidence de création pour ce volet s’est tenue à Bruxelles, à l’Escaut, une coopérative d’architectes. Voici la captation de la présentation que eut lieu en sortie de résidence.



La première de Percées eut lieu lors du festival Québec en toutes lettres, à Québec, le 14 avril 2014. Les deux parties du diptyque furent présentées bien Prototype no.1 aient été à un stade préliminaire de sa création. En effet, alors que la création de Percées était quasi complétée, Prototype no. 1 n'en était qu'à une toute première étape de travail. 

La captation du spectacle fut divisée en deux parties correspondantes aux parties du diptyque. Des versions courtes de chacune d'elle sont également disponibles. 

Les Oracles — Percées (intégral)


Les Oracles, Percées — version 7'30"

Extraits vidéo

La captation du spectacle fut divisée en deux parties correspondantes aux parties du diptyque. captations intégrales de chacune d'elles sont disponibles dans l'Espace diffuseurs. 



Les oracles, Prototype no.1 — version 1'58"

Les oracles, Percées — version 7'30"

Les partenaires

Les oracles est une production de Rhizome, en coproduction avec Transcultures.

Le projet est rendu possible grâce au soutien de l'Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, de Wallonie-Bruxelles International, de la VIIIe Commission mixte permanente Québec/Wallonie-Bruxelles 2013-2015 et de la Rotonde.







HAUT