ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?




Présentation le 1er octobre 2016 à 20 h 

À la salle multi de la Coopérative Méduse

Une première de ce spectacle avec musiciens! 



Assise face au compositeur Nicolas Jobin, qui a créé une suite concertante pour poète et ensemble, et entourée du public, Louise Dupré livre son poème Plus haut que les flammes (Le Noroît, 2010).

Sa voix est accompagnée d'un chœur virtuel composé de celles d’Evelyne de la Chenelière, Martine Audet, Annie Lafleur, Catrine Godin et Roland Lepage. Des images du cinéaste liégeois Jonas Luyckx plongent le spectateur dans l’univers des camps d’Auschwitz et de Birkenau, dans une mise en scène dépouillée de Simon Dumas.

Amorcée à la fin 2014, la création du spectacle littéraire inspiré de son livre éponyme est maintenant conclue. Plus haut que les flammes est un cri vibrant lancé par l’auteure après une visite des camps d’Auschwitz et de Birkenau.


LOUISE DUPRÉ (Qc), poète et écrivaine
NICOLAS JOBIN (Qc), artiste lyrique multidisciplinaire et communicateur
JONAS LUYCKX (Be), vidéaste
SIMON DUMAS (Qc), mise en scène

Musiciens : 
Marie-Claude Perron, violon et alto
Raphael Guay, percussion et assistant-chef 
Geneviève Savoie, flûte
Hélène Desjardins, piano 
Marie-Julie Chagnon, clarinette
Suzanne Villeneuve, violoncelle

Plus haut que les flammes est une production de Louise Dupré en partenariat avec Rhizome et en coproduction avec Nicolas Jobin. Rhizome remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour sa collaboration. 

Ce spectacle sera suivi de... 

Cristal automatique
 
Quand Olivier Chaudenson a proposé à Babx une création autour des textes qui l’ont accompagné ou « influencé » (Kerouac, Rimbaud, Genet, Prévert, Baudelaire), il s’est demandé comment réunir la musique et ces mots-là, sans que l’un serve de « faire-valoir » à l’autre.
 
« Alors il a essayé tout simplement de partir de l’émotion pure qu’inspiraient certains textes et de composer leurs jumeaux musicaux. Un peu comme on écrirait de la musique en se souvenant d’un tableau, ou comme un tableau qui se souviendrait d’une musique. À un moment donné, après maintes et maintes lectures d’un texte, il ne reste plus de mots, il ne reste que de la musique et des sons. Le langage devient alors une musique incarnée, une couleur, une idée, et la langue, un instrument, un archet. »
 
Arrangements : Babx
 
Présenté en collaboration avec le Festival international de la littérature (FIL). 












HAUT