ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

DIFFUSION EN FIN DE RÉSIDENCE – 11 DÉCEMBRE A 20 H

Sur la scène de la Maison de la littérature


FABIEN MAHEU (ANIMO PLEX- Paris) ET ELEONORA WEBER

LES CERCLES DE CONFUSION ADMISSIBLE


RÉSIDENCE INTERNATIONALE RHIZOME/LE CUBE 2015-2017



Du 15 novembre au 13 décembre, Fabien Maheu (du collectif ANIMO PLEX) et Eleonora Weber sont accueillis en résidence de création par Rhizome au studio de création de la Maison de la littérature. Durant ce séjour à Québec, les recherches des deux artistes mèneront à la préparation d’un court-métrage intitulé Les cercles de confusion admissible. L'objet présenté est une combinaison de cinéma narratif, expérimental et plastique. Le 11 décembre prochain à 20 h, les deux artistes nous présenteront le fruit de leur travail sur la scène de la Maison de la littérature à Québec.

 

Biographie de Fabien Maheu

Initialement auteur et metteur en scène, Fabien Maheu réalise une vingtaine de spectacles joués en France et en Europe. Il est aujourd’hui également réalisateur et scénariste. Ses derniers travaux au sein de la structure de création ANIMO PLEX l’entraînent aux marges de la poésie sonore, de la performance et de l’art numérique. Là, le dispositif plastique et le traitement audiovisuel en temps réel concourent à une parole qui travaille la langue et la met en corps de manière inédite.

 

Eleonora Weber

Originairement graphiste et peintre, Eleonora Weber s'intéresse de plus en plus à la performance et, récemment, à la réalisation vidéo. Son travail est parcouru de thèmes obsessionnels tels que la mise en cause de l'identité individuelle. L'étrangeté des situations, que l'artiste met en scène dans les divers médias qu'elle aborde, révèle l'absurdité de moments figés, comme découpés dans la matière du réel.

 

Un partenariat entre Rhizome à Québec et Le Cube à Paris, en collaboration avec la Maison de la littérature


Le projet a été réalisé grâce au soutien financier de la 65e session Commission permanente de coopération franco-québécoise et de l’Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la Ville de Québec.










HAUT