ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Tandis que l’oralité est un concept, une abstraction, la voix est concrète. 

Sa qualité détermine l’appréciation du poème en tant que tonalité et rythme.

Paul Zumthor, La lettre et la voix, Paris, Seuil, 1987, p. 205.




Le vivant
texte et lecture de Carl Lacharité en duo avec Érick d’Orion 
première escale du parcours Vocalités vivantes avec les gens de Caraquet


DU 6 AU 9 AOÛT 2015, LE PROJET VOCALITÉ VIVANTE SERA PRÉSENTÉ À CARAQUET

À travers les époques, le rôle social et politique du français a évolué. Langue diplomatique, langue fédératrice, langue du quotidien. Et bien sûr, l’évolution de ce rôle diffère selon les différents territoires — différentes communautés — où le français s’est implanté au cours de son histoire. Car les langues – et la langue française en est une parfaite illustration – ne sont pas des espaces clos, hermétiques. Au contraire, elles sont des lieux vivants, en constante mutation, perméables aux changements, aux évolutions, aux transferts de toute sorte. C’est ce à quoi ce projet s’intéressera.

Une performance entre poésie et documentaire (polyphonique et anthropologique)

Vocalités vivantes est un rallye vidéo se situant entre poésie et documentaire. Sa base — son point de départ — est un duo mêlant poésie et musique nouvelle du poète Carl Lacharité et de l’artiste sonore Érick d’Orion. Tous deux sont québécois. Le texte du poète, intitulé Le vivant, traite du thème de l’origine, tant celle de l’individu que celle de la communauté, voire de l’espèce. Ce thème de l’origine étant abordé par un art dont le matériau est la langue, on peut affirmer que le texte traite également des origines de celle-ci.

C’est le postulat de base du projet Vocalités vivantes.
 
Au duo de départ s’ajoute le vidéaste et metteur en scène Simon Dumas. Le duo devenu trio ira à la rencontre de différentes communautés francophones un peu partout dans la Francophonie. Chacune des escales viendra alimenter la performance de capsules vidéo dans lesquelles les membres de chacune des communautés visitées interviennent en disant un extrait de Le vivant dans des mots qui sont soit ceux de leur quotidien soit ceux de leur passé.
 
Au fil des escales subséquentes, la performance poético-documentaire mettra en perspective les différentes réalités de la francophonie. 

La première étape de ce parcours sera CARAQUET (Nouveau-Brunswick - Capitale de l’Acadie) où Rhizome sera présent dans le cadre du Festival Acadien de la poésie qui se déroulera du 6 au 9 août prochain.

Le projet a été réalisé grâce au soutien financier du Conseil des arts du Canada et du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec en collaboration avec le Festival acadien de poésie de Caraquet.


Informations complémentaires sur Caraquet : 
À Caraquet la langue maternelle est le français chez 98,5% des habitants et l'anglais chez 1,3% ; 0,2% des habitants sont allophones. Les deux langues officielles sont comprises par 43,5% de la population alors que 56,3% des habitants sont unilingues francophones et que 0,2% sont unilingues anglophone. Le français est parlé à la maison par 99,2% des gens et l'anglais par 0,8%. Le français est utilisé au travail par 90,9% des travailleurs et l'anglais par 5,4% alors que 3,6% des employés utilisent les deux langues officielles. La Péninsule acadienne est l'une des rares régions des provinces de l'Atlantique connaissant un phénomène de francisation, c'est-à-dire où les anglophones ou allophones deviennent francophones. 48,2% des habitants âgés de plus de 15 ans possèdent un certificat, diplôme ou grade post-secondaire, comparativement à 44,6% pour la province.









HAUT